Capitaine François.

Episode IV

 

JE NE SUIS PAS SEUL A ORGANISER DES PARACHUTAGES  SUR DINA…

Les choses se compliquèrent lorsque je découvris que je n’étais pas le seul à utiliser le plateau de Dina pour des parachutages.
C’était la conséquence de la rivalité qui opposait les différents mouvements de Résistance, tant à Londres qu’à Alger ou en Métropole, mais les retombées sur le terrain furent catastrophiques.

cap6


Voici comment je découvris le pot-aux-roses: J’avais entendu dans la nuit, les passages répétés d’un avion au dessus de Puget et, au matin, je cherchais à me renseigner quand j’aperçus une magnifique paire de brodequins de l’armée Anglaise aux pieds d’un homme que je ne connaissais pas; je m’arrangeai pour le coincer dans l’arrière boutique du coiffeur et lui enfonçai mon Colt dans les côtes: il ne fit pas de difficultés pour admettre qu’il était un Résistant et que ses souliers provenaient bien du récent parachutage. Je le laissai partir, bien décidé à ne plus demander de parachutages sur Dina.

container1
Les Allemands n’avaient pas non plus perdu de temps: le même jour, ils étaient sur le plateau, découvraient le matériel parachuté, tuaient l’un des gars qui le gardait et réquisitionnaient quarante types de Puget-Théniers et des environs avec des mulets pour descendre le tout, plusieurs tonnes, à Rigaud, où attendaient leurs camions. Ce fut une grave perte et un échec pour l’ensemble de la Résistance dans la Région.

 

 

cap7On découvrit que l’argent parachuté (on a parlé de trois millions) avait aussi disparu mais que les Allemands n’y étaient pour rien: selon toutes probabilités, c’était un membre peu délicat du Comité de Réception qui l’avait détourné à son profit. Un de ces « réceptionnaires » fut d’ailleurs fusillé peu après par les Allemands pour avoir été trouvé porteur de souliers neufs provenant du parachutage. L’argent disparu ne fut pas perdu pour tout le monde et, si la

Résistance locale n’en vit pas la couleur, on peut penser qu’il dût être « recyclé » avec profit.

 

 

LA RÉUNION DE COORDINATION DE SAPIN

Cette suite d’embrouilles montrait la nécessité d’une coordination des différents mouvements de Résistance dans la région. Je reçus, sur ces entrefaites, une invitation à me rendre à Nice à une réunion de « Responsables » prévue à cette effet.
Elle émanait d’un chef régional de l’ORA que je ne connaissais pas et m’était transmise par un Capitaine Régis qui, venant de Digne, n’avait rien trouvé de mieux pour me contacter que de questionner la gendarmerie de Puget-Théniers. Il connaissait cependant notre phrase de reconnaissance « Angèle et Marie sont les filles d’un ami »; réponse: « Je les connais » et finit par me trouver: il m’indiqua le motif et les coordonnées du rendez-vous.
Des contacts radio avec Alger me confirmèrent que tout était en ordre et je me rendis quelques jours plus tard à cette convocation. Le rendez-vous était au 2 de la rue de Russie, deuxième étage, fin février. La réunion avait pour but de mettre de l’ordre entre les différents mouvements de Résistance des Alpes-Maritimes (MUR, ORA, F.T.P., etc…) Sapin représentait l’ORA et je compris qu’il faudrait passer par lui à l’avenir pour se procurer les armes, munitions et explosifs dont j’avais besoin: il n’avait pas l’air plus à l’aise que moi au milieu de cette fine équipe.


cap4La plupart des assistants étaient des politiques plus que de véritables combattants; j’étais le seul à être venu armé et c’est tout juste si on ne me demanda pas de laisser mon Colt au vestiaire; ils étaient tous en règle avec la Loi, vrais papiers, alibis indestructibles et position assise: je savais, moi, que si j’étais pris, les raisons de me fusiller ne manqueraient pas: terroriste, espion parachuté, trafiquant d’armes, saboteur…
Je ne me sentais pas à ma place et je filai dès que je le pus; j’avais dû quand même accepter de mettre mon installation radio à la disposition de Sapin pour l’ensemble des communications de la Région Sud (ORA/R2) ce qui devait par la suite nous donner, à Cabot et à moi, un travail considérable: dans les deux mois qui suivirent plus de 150 messages furent échangés (voir annexe ) qui concernaient parfois des équipes installées très loin de nous, à Marseille, Aix-en-Provence ou parfois même Toulouse.
On convint que les liaisons avec Sapin s’effectueraient par le Central téléphonique de Puget-Théniers où j’avais des complicités, et je repris le premier train pour mes montagnes, bien décidé à n’en plus redescendre.


cap5Je recommençai, dès mon retour, mes prospections à la recherche de nouveaux terrains de parachutage: celui qui était à proximité de Roquesteron, « Torino » en code, fut servi dès les jours suivants à la suite du message personnel: « Ce soir, il y aura battue au sanglier, soyez au rendez-vous ». D’autres suivirent. HERCULE Peu après arriva d’Alger « Hercule », vêtu comme un prince, qui m’avait été annoncé par message radio; il était là, me dit-il, pour essayer de coordonner sur place (encore un!) les activités des différents groupes de Résistance mais sa mission fut écourtée par un message du 26 mars signé Constant qui annonçait l’arrestation d’un de ses correspondants et lui enjoignait de rentrer à Alger via l’Espagne.
On annonçait, en même temps, la suspension temporaire de tout parachutage; ainsi disparut Hercule dont le court séjour fut marqué d’imprudences qui mirent en danger notre sécurité.


Notre vie à Cabot et à moi, pendant la période qui suivit fut extrêmement occupée; mise à part l’organisation continuelle de parachutages sur des terrains qu’il fallait reconnaître, faire homologuer sur un nom de code, puis équiper d’un Comité Local de Réception, nous faisions donc office de Central Radio pour les liaisons de la région Sud avec Alger et Londres; de plus, je devais penser à recruter les hommes nécessaires aux opérations prévues au moment du débarquement tant attendu.

————————————————————————–

Un grand merci à Monsieur Fonseca qui se rendît sur le site des parachutages ces derniers jours pour nous offrir des images plus vraies que nature.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s