De l’importance du buis.

La chronique historique de Marcel Brignoni

Un soir que je rentrais de l’école, je fus interpellé sur le chemin par Marcel. De sa voix rocailleuse, il me demanda pourquoi, machinalement, tous les jours, j’arrachai un brin de buis en rentrant chez moi. « Viens pitchoun, j’ai du chocolat chaud, et je vais te dire.. » Marcel Brignoni , quand il vous invitait, cela ressemblait à un ordre. Légèrement courbé par le temps, un baluchon sur l’épaule, le chapeau vissé sur la tête, je n’eu comme choix que de le suivre. La cheminée fumait déjà quand son fidèle chien m’accueillit sur le pas de la porte.

buis

« Tu vois pitchoun, ton buis..il a une longue histoire. Tu sais que notre nature a toujours fait vivre les gens du pays ? Alors écoute… »

« Je me rappelle que le 27 juillet 1865, j’étais descendu au conseil municipal. Le maire, considérant que la commune possède au quartier du Rubi une parcelle de terrain plantée de Buis, qui ne rapporte rien à la commune  procède à l’adjudication de tous les terrains, notamment la vente de tous les buis depuis le vallon dit du Ray, jusqu’à la limite des communes de Pierlas et de Beuil du côté du levant et du couchant, soit sur cinquante hectares environs. »

Je fus très surpris. Il a quel âge, Marcel. 150 ans ? Il était encore au conseil hier et il y était déjà en 1865 ? C’est vraiment un calù ! Il coupa mes pensées, en renâclant sa gorge.

 » Petit, on ne pouvait couper le buis sans arracher le pied, et ceux pendant quatre ans. Tarif 5 Francs par charge d’homme et 10 Francs par charge de mulets. »

« Des francs ? Marcel ! et pourquoi pas des écus ! » Je rigolais..

buis5

 

Il me reprit;

« Oui Pitchoun ; Des Francs, notre monnaie ! »

 

Je rigolais moins, il ouvrit son tiroir et entre les allumettes et le torchons me lança une pièce de monnaie d’un franc.

« Tiens, vé..je t’explique par exemple, à l’époque ou Berta Filava : 1 kg de pain 0,20 francs,1 kg de pommes de terre 0,13 franc, 1 kg de beurre 0,82 francs,1 douzaine d’œufs 1,00 francs,1 litre d’huile d’olive 1,27 franc.
1 paire de chaussures 16,50 francs,1 ressemelage complet 4,00 francs,1 complet pour homme 50,00 francs,1 manteau dame 30,00 francs,1 paire de drap fil de coton 16 francs
Les animaux, c’est plus cher car ils représentent la seule force motrice disponible. 500F l’âne, 800F le bœuf et 1000 F le cheval de trait.
Aujourd’hui on peut multiplier par 15 pour obtenir l’équivalent tes Euros*.
A l’époque, on a besoin de peu pour vivre: Se nourrir, se loger et se vêtir.
Le salaire de Vittorio, le cantonnier à Rigaud est alors fixé à 100 Francs mensuel, ce qui représente le salaire d’un ouvrier moyen à l’époque.
Comme disaient les anciens : « Après tout, on manquait de rien, sauf d’argent ! »

J’écoutais Marcel avec attention et compris qu’il ne parlait point de bonbons, de jeux. Ici rien n’était accessoire. Seul l’essentiel était évoqué. Puis, plongé dans son récit, je posais la question ;

« Oui Marcel, mais le buis, pourquoi il était si précieux »

« Et bien Pitchoun, le buis était utilisé pour la litière du bétail et l’on fabriquait avec le buis tout un tas de petits objets usuels comme les œufs et les boules à « ravauder » (pour les chaussettes) Mais aussi ces petites boites de buis tournées qui traînent encore dans les cartons. Contenant, mèches de cheveux d’un aïeul disparu, dents de laits, croix ou reliques, elles sont les souvenirs de trésors cachés et passés.
buis2

Tiens, les jouets aussi… Bilboquets, toupies et pièces d’échec, pilons de mortier sont plus fréquentes sans parler bien sûr du Cochonnet sans lequel il ne pourrait y avoir de partie de Pétanque et des boules cloutées. »

buis1

 

Je fus très étonné qu’il ne résume l’importance du buis qu’à un bilboquet et des boules de pétanque.Mais alors..le buis ce n’est pas si important.

« Dis Marcel, Alors le maire, il fait tout ça pour jouer aux boules ? »

« Attend bougre, le buis était surtout recherché pour en faire du charbon de bois. Et tu sais ce que l’on faisait avec le charbon de bois ? De la poudre !
La Poudre Noire de hautes qualités est la première poudre utilisée, souvent appelée poudre à canon. Comme les chinois au VII° siècle ! Il s’agit donc d’un explosif, facilement inflammable, qui brûle à l’air libre et détonne quand il est confiné.
De fait pendant des siècles et jusqu’à la fin du XIX° la poudre noire a constitué la seule poudre à canon et le seul explosif connu.
Historiquement elle a d’abord été utilisée à des fins incendiaires, puis ensuite pour les armes à feux, les mines et enfin pour les fusées. « 

buis3

Je me mettais à rêver que sur mon chemin, il y eut des soldats, des chinois et des astronautes venus ramasser du buis.Je regarderais demain de plus prés, du coup qu’ils me suivent. Pendant mon rêve, Marcel continuait sa démonstration

« Pour être efficace les constituants doivent être moulus très finement, mélangés de façon très homogène puis séchés et polis. La qualité de la poudre dépend beaucoup de celle du charbon utilisé, car plus le carbone est pur et moins la combustion produit de cendres. Le soufre et le salpêtre doivent aussi être raffinés. L’ultime perfectionnement interviendra au XIX° siècle, avec un procédé permettant d’obtenir la poudre en grains dont on pouvait moduler la taille pour obtenir une poudre plus ou moins vive. »

buis4

Le bruit de la casserole de lait au chocolat sur la table me sortit de ma torpeur.

« Mais alors Marcel, pourquoi aujourd’hui, le buis ne sert qu’à décorer les chapiteaux du festin ? »

 

« L’évolution Pitchoun ! L’évolution ! »

« La production de poudre de charbon de bois de Buis cessa complètement à partir des années 1903, après l’invention de la poudre sans fumée  en 1884 par l’ingénieur général des poudres Paul Vieille (1854-1934) . Bien plus stable et puissante que la poudre noire, elle la remplacera dans tous les arsenaux militaires. »

 

Marco, rentre ! C’est l’heure de faire tes devoirs. Ma mère venait de faire éruption dans la salle à manger de Marcel. Dis Brignoni, tu lui as raconté quoi au Pitchoun ? Un sourire illumina son visage.

« Je lui ai appris à se servir de la poudre. Ne t’inquiète pas…Il sera prudent. »

 

*(Selon INSEE).

D’après un Condensé des comptes rendus de la Commune de Rigaud O6260, par le petit fils de Marcel Brignoni

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.