La chronique de Marcel Brignoni.

Les contrebandiers de la musique.

brignoni5

Le pichoun était en route pour la maihoun de Marcel, il entendit de loin son chien hurler plusieurs fois à la mort.
Inquiet, il se mit à courir, et arrivé dans les escaliers derrière la maison, il entendit comme un refrain connu, joué très maladroitement et accompagné de nombreuses fausses notes.
Il entendit même Marcel chanter : « va que l’amour te passera, fa la vireta, fa la vireta, va que l’amour te passera, fa la vireta, fa la vira. »
Et le chien se remit à hurler.
Enfin, il aperçu Marcel assit sur une chaise qui manipulait un accordéon.
– Oh, Marcel, sabi pas que sounàba de la jourgina.
– Sounàba mancou, je m’essayais. C’est un accordéon diatonique, il fait une note en compressant le soufflet et une autre en tirant dessus. Il appartenait à mon arrière grand oncle Firmin, c’est en mettant de l’ordre dans le cafouche de la pièce du fond que je l’ai trouvée tout poussiéreux dans son étui au dessus d’une armoire.
Le Firmin, il était musicien itinérant, il jouait lors des Baletti pour les fêtes patronales, les mariages, les baptêmes et mêmes pour les messes de funérailles.
– Musicien itinérants ?
– Et oui, il parcourait toutes les vallées et allait même jouer dans les Basses Alpes et en Provence. Va que lui et sa mule, ils en ont fait des kilomètres.
brignoni2– Et comment il faisait pour faire son planning sans internet et sans portable ?
– Ho, paure de tu, te fa pas de bila, souvent ils se voyaient lors des foires, avec d’autres musiciens, ils montaient des orchestres et se refilaient les clients et les rendez-vous, c’était une corporation bien organisée. Et puis à part pour la messe des morts qui n’était pas trop prévisible, en ce qui concerne les mariages, la fête était prévue parfois un an ou deux ans à l’avance.
Marcel se défit des bretelles de l’accordéon, le posa sur la cadière, se leva et revint avec un grand étui valise noir en cuir.

 

brignoni3– C’est son étui, je vais le ranger.
– Pourquoi il est plein de timbres ton étui.
– Ah, les timbres, ce sont des timbres fiscaux, à l’époque les musiciens ne faisaient pas de déclaration à la SACEM, alors tous les ans, ils payaient le timbre, qui pouvait être contrôlé par les gendarmes ou les douaniers. C’était pareil pour les partitions, mais te fa pas de bila, ils trichaient et ils faisaient même de la contrebande.

 

brignoni6– De la contrebande ?
– Ben, oui, d’instrument de musique et de partition, c’était beaucoup moins cher en Italie et pas taxé. Au Piémont, il y a une ville qui s’appelle Bra, c’était la Mecque des musiciens tant pour les instruments que pour les partitions.
– Mais ils lisaient et parlaient l’italien pour traduire les partitions, alors ?
– Imbéchilé ! Le langage de la musique, les notes et le solfège, c’est le premier langage universel de l’humanité.
D’où qu’ils viennent, les musiciens, même s’ils ne parlent pas la même langue peuvent communiquer entre eux par le langage musical.

 
Albinoni était Vénitien , Mozart était Autrichien, Johan Christian Bach qui vivait à Londres surnommé le Bach de Milan était né a Leipzig Allemagne, Ludwig Van Beethoven était né à Bonn, Salieri était de Vérone et vivait à Vienne, Franz Joseph Haydn était autrichien, tous communiquaient entre eux sans pour autant maîtriser la langue de l’autre et leur musique était jouée dans l’Europe entière même en période de conflit..

 

brignoni7– Le solfège, c’est un truc qui m’emmerdait grave avec la flute à bec à l’école.
– Je n’y suis pas allé longtemps à l’école, mais je conçois que la façon d’enseigner la poésie, la musique, et même la littérature a dû décourager bien des vocations.
– Alors, ils passaient la frontière clandestinement avec des instruments de musique ?
– Et oui, avec des Jourgina, des vielles, des guitares, des mandolines, des violons, des fifres, des caisses claires, des trompettes etc..
C’étaient les contrebandiers de la musique, va que grâce à eux, les musiciens comme Firmin, ils en ont apporté du bonheur et de la joie dans des endroits isolés.
Peut être même que si les gens dansaient avec tant d’aubaine c’est qu’ils savaient et se vengeaient des petites humiliations et des tracasseries de l’administration d’état.
– Et il gagnait sa vie ton arrière grand oncle ?
– Ben écoute, il était nourri, logé par l’habitant, et il n’avait guère de frais.
Toujours est-il qu’à la fin de sa vie nomade, il avait pu s’acheter une petite maison dans le village de Touet.
– Et il n’était pas marié, il n’avait pas eu d’enfants ?
– Marié non, mais va que tant qu’il a joué de l’accordéons et qu’il allait et venait, il n’a jamais manqué de femmes, et peut-être même que des enfants, il en a semés dans de nombreux villages, mais on a jamais su.
– Finalement, j’aimerai bien apprendre la musique , jouer d’un instrument et faire le musicien itinérant.
– Pour la musique, je crois qu’il y a des cours à Puget, mais pour faire le musicien itinérant je pense que les temps ont bien changé, bien que je préfère toujours un orchestre acoustique à tous ces DJ pour animer un Baletti.
Même pour une messe, une chorale ça sonne mieux dans une église et c’est plus joli.

Quelques temps plus tard, alors qu’un matin bonne heure , il attendait un voisin sur la place du village, il croisa la mère du petit.
–  Qu’est ce que tu lui as encore raconté comme histoire au petit ? Que l’autre jours, il a rencontré un conseiller d’orientation au collège, et qu’il lui a dit qu’il voulait devenir accordéoniste itinérant. 
– Après tout, manipuler les touches d’un accordéon pour faire danser les gens et les rendre heureux le temps d’une danse, c’est toujours mieux que manipuler l’opinion pour se faire élire député, et les rendre aigris le temps d’un mandat.

Ecrit par Monsieur Jean-Marc Fonseca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.