La chronique de Marcel Brignoni.

La malédiction du Fisk.
fisk1
Marcel qui se fabriquait des ballais avec du genet, vit arriver le petit, qui paraissait bougon.
– Le facteur à distribué des enveloppes du Trésor Public et depuis les adultes sont de mauvaise humeur en bas, il ne supporte plus rien. Mais qu’est ce qu’ils ont tous ?

– Parce que c’est la malédiction du Fisk ?
– La malédiction du Fisk, qu’es acco ?
– Oh, cela remonte à très loin. !
– D’où temp o berta filava ?
– Oh, bien avant, il y a quatre vingt dix millions d’années. Sur la planète terre, il n’y avait rien, ou presque rien. C’est alors qu’une petite météorite faite de glace et de poussière tomba sur la terre.


fisk4De minuscules animaux s’en échappèrent et trouvant le coin joli, l’occupèrent, se multiplièrent et prospérèrent.
Ils finirent par coloniser la terre.
Comme ils étaient minuscules et discrets, personne ne se rendis compte de leur existence, ainsi ils survécurent à tous les cataclysmes qui touchèrent la terre, déluges, volcans, météorites, extinction des espèces etc..

 

fis3

 

Les savants le découvrirent qu’à partir de 1731, et on pu l’observer et le décrire qu’à partir de 1776, ce qui correspond aux travaux de Christiaan Huygens sur le microscope, un hollandais.
Ils résistent à tout et sont indestructibles. Ils ne sont pas nuisibles à l’homme, sauf si…
On les trouve dans les mousses ou les lichens des forêts, le sable des rivières, et les citernes d’eau.

 


–  Ben on en a alors par ici ?
fisk1–  Pour ça que oui, mais laisse-moi finir, il y a fort longtemps j’avais une arrière arrière cousine qui sachant lire et écrire avait trouvé un travail chez l’apothicaire de Puget. Elle finit d’ailleurs par épouser son patron et devenir son assistante.
– Apothicaire, c’est quoi comme métier ?
– C’est comme ça, qu’on appelait avant le pharmacien, c’est celui qui préparait les remedis. Et il disposait d’un microscope pour identifier les bactéries.

 

fisk6C’est comme cela qu’elle découvrit un jour un Ourson d’eau. ?
– Un ourson d’eau, je ne connaissais pas cette bête.
– On l’appelle aussi Tardigrade, bref, comme ils logeaient au dessus de la boutique, et qu’il fallait parfois descendre au labo pour suivre l’évolution des préparations. Et là une nuit, elle eut une surprise. La bête avait quintuplé de volume, et maintenant elle pouvait le voir à l’œil nu.
Elle le regarda et lui dit : « Finalement, tu es minions, on dirait un petit ours »

 

La créature réagi à sa voix en se dandinant.
Elle compris alors qu’elle pouvait communiquer avec lui, et jours après jours entretint la relation.
Elle alla, jusqu’à lui donner un petit nom, un peu comme on le fait avec un petit animal trouvé.
– Et comment elle l’appela ?
– Fisk, remarque j’ai connu quelqu’un qui avait un merle apprivoisé et qui l’avait appelé  Fifi. Les noms ça vient comme ça.
Mais, il se passa des choses bizarres, l’apothicaire, planquait ses économies dans des enveloppes dans le tiroir secret d’un meuble du laboratoire.
Or, une de ses enveloppe disparu, il n’y avait que deux personnes qui disposaient de la clef du laboratoire, lui et sa femme, et bien sûr ses soupçons se portèrent sur sa femme.
Il décida de se cacher et de la surprendre.
Ainsi un soir, où celle-ci lui annonça qu’elle partait dans une campagne isolée porter des médicaments, soigner une parente, et qu’elle passerait la nuit chez elle ;  il descendit vers onze heure du soir au laboratoire, et là vis la bête devenue aussi grosse qu’un loup ouvrir le tiroir, sortir une enveloppe et en croquer le contenu.
Il pris peur, et referma la porte.
Le lendemain quand sa femme revint il s’entretint avec elle.
– La bête dans le laboratoire en bas, elle devient énorme la nuit, et elle nous mange toute nos économies.
– Fisk, mais ce n’est pas possible, il est gentil comme tout.
– Eh, bien, je te le dis, je l’ai vu de mes propres yeux. Il faut nous en débarrasser. Le seul moyen, c’est d’envoyer des vapeurs d’arsenic et de condamner la pièce durant un certain temps.
C’est ce qu’ils firent, et le jours où ils rouvrirent la pièces, la bête était redevenu minuscule et toute ratatinée, ils s’en débarrassèrent en le jetant dans un feu qu’ils avaient allumé au bord d’une sablière du Var.
Mais plus jamais, eux et leurs descendants, et les gens qu’ils connaissaient ne purent faire des économies, les fantômes du Fisck renaissants, vinrent manger leur économie, sous forme d’une épidémie fiskale qui grandit avec les décennies.
Voilà l’histoire de la malédiction du Fisk qui fait qu’aujourd’hui, les gens n’arrivent plus à profiter de quelques économie, le Fisk leur bouffe tout, ne leur laissant que le minimum pour vivre.
Et depuis le Fisk est partout dans l’essence et dans tous les produits qu’on achète sous forme de TVA.
Voilà la véritable histoire de la malédiction du Fisk.

fisk7Quelques temps plus tard, le facteur passa porter un recommandé à Marcel qui lui offrit un café.
– Oh, Marcel au fait qu’est ce que tu lui a encore raconté comme histoire au petit ? Que l’autre jour, il m’a accusé devant tout le monde de propager la malédiction du Fisc.
– Oh, pa grand cau, tu sais, il y a fort longtemps j’avais une arrière arrière cousine qui sachant lire et écrire avait trouvé un travail chez l’apothicaire de Puget. Elle finit d’ailleurs par épouser son patron et devenir son assistante…
– Écoute, faut que je finisse ma tournée, tu me la raconteras une autre fois.

Par Monsieur Jean Marc Fonseca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.