Patrimoine

Le premier tunnel ferroviaire d’Entrevaux

ste1

Le chantier du premier souterrain d »Entrevaux, qui est en fait une galerie aménagée en tranchée couverte, faisait partie du premier lot de la section Puget-Théniers / Annot de la ligne Nice-Digne.

Elle fût adjugé le 22 décembre 1900 à l’entreprise Escoffier frères et réalisé en 1901. Le passage de la voie au niveau d’Entrevaux s’est avéré assez délicat et a de ce fait entraîné plusieurs modifications de l’avant-projet. Ce dernier, dressé par l’ingénieur Métivier le 17 décembre 1889, prévoyait que le passage dans le méandre d’Entrevaux après le franchissement de la Chalvagne se ferait successivement par une galerie couverte de 65 m de longueur, une courte tranchée, un ponceau de 2 m puis un second tunnel de 170 m de long pour franchir la barre rocheuse.

ste3Dix ans plus tard, le projet présenté par les ingénieurs Bonhomme et Zürcher en 1898 était sensiblement différent, et les dimensions de la galerie couverte étaient passées à 155 m tandis que celles du tunnel étaient ramenées à 105 m. La construction de la galerie n’était pas imposée par la topographie. En effet, c’est pour préserver l’esplanade qui faisait face à la porte Royale et qui était utilisée pour les foires et les manœuvres militaires qu’on décida de faire passer la voie en souterrain.

ste5Dès cette époque, la décision de porter un soin tout particulier au décor de la tête orientale de la galerie avait été prise en raison de la présence et de la qualité esthétique des fortifications de la ville. En mars 1901, l’administration décida d’aligner le gabarit de la galerie et du tunnel sur ceux des autres tunnels de la ligne. La hauteur sous voûte passa donc de 5,00 à 5,80, alors que le chantier de la tranchée avait déjà commencé. Une nouvelle modification a été apportée à la galerie dont la longueur a alors été portée à 164 m tandis que celle du tunnel est passée à 128 m.

 

ste6Le tunnel, qui n’est pas creusé dans le sol mais construit intégralement en maçonnerie sur une tranchée creusée à ciel ouvert, a une longueur de 164 m. Sa tête du côté de la gare est située dans un endroit où s’enchevêtrent deux ponts enjambant la Chalvagne, petit cours d’eau torrentiel qui vient se jeter dans le Var. L’un est un pont routier, formé d’une arche en pierre, et l’autre, ferroviaire, est constitué d’une poutre métallique. La tête du tunnel se trouve immédiatement à la sortie de ce dernier. Elle a bénéficié d’un décor soigné. Ici, point de créneaux comme au souterrain de Bellet à Nice (IA06001654), mais une frise d’arceaux qui n’est pas sans rappeler les mâchicoulis de la porte royale voisine. Les piédroits et la frise sont encadrés de deux piliers carrés. À leur sommet, chacun d’eux est décoré d’un cartouche dans lequel on peut lire : ENTREVAUX. La frise est surmontée d’une date portée, 1901, ce qui est assez rare sur l’ensemble de la ligne. La maçonnerie de moellons de la galerie, tout comme celle en pierres de taille de la tête, provient des carrières de Saint-Jeannet et a été montée à la chaux du Teil.

Source https://dossiersinventaire.regionpaca.fr

ste2